︎

Derrubada


Derrubada is the result of a 2 weeks residency with Sylvain Descazot, where we tried to create a dialog between my color darkroom experiments with discontinued films and papers, and Sylvain's screenprinting researches with natural pigments and muds and clays found on the coast of Baleal, Portugal.


Actually exhibited at Ossos do Oficio in Alcobaça, Portugal.


A big Merci to Léna and Adrien of RoofTopStudio for the technical help!



“DERRUBADA est le résultat de deux semaines de résidence entre Miguel Constantino et Sylvain Descazot.
Ensemble, ils ont, entre la révélation d’images photographiques couleurs sur un vieux papier abandonné et des recherches d’impressions en sérigraphie de pigments naturels ponctionnés, inscrit un dialogue formel, racontant des instants sur la côte portugaise et le mouvement de celle-ci.
Malgré la chute et l’affaiblissement du front de mer, le temps d’une déambulation le long de cette frontière leur révèle la poésie des éléments (eau, terre, feu, air).Cette ligne se dessine par la rencontre du monde océanique et la terre ferme, elle se modifie sur un long terme, mais à ce jour l’érosion, les tempêtes et le tourisme bouleversent ce trait de côte et le fragilisent. Cette impression de fragilité apparait sur les négatifs et les papiers utilisés, depuis longtemps expirés et dont la production a été abandonnée. L’érosion du temps marque le papier photographique et inclus énormément d’aléatoire lors de son utilisation.Ces supports délicats nécessitent d'être révélés à la main, dans une chambre noire domestique et artisanale, ouverte aux expérimentations. Chaque tirage est exposé à l'agrandisseur pendant 29 minutes, avec la filtration correcte, puis est passé dans les bains de révélateur et fixateur.L’ensemble de ces étapes sont faites dans le noir complet (contrairement au noir&blanc qui autorise une lumière rouge inactinique, le papier couleur n'accepte aucune source lumineuse lors de son traitement chimique). Pour fixer le moment sur chaque image tirée à 3 exemplaires, ils ont inscrit un cercle imprimé en sérigraphie d'une matière ponctionnée/géolocalisée (argile, limon, carbone, etc.)sur ce bord de côte de Baleal/Ferrel. Ce sceau ferme l’image.
Ils se sont promenés pour vivre cette frontière et la ré-enchanter.”